Site non officiel

LE BUDGET 2018 VU PAR LE MAIRE

La quadrature du cercle

Répondre aux exigences des citoyens avec toujours moins de moyens et plus de responsabilités.

Le budget 2017 a été maintenu mais il n’y aura pas pour 2018 de miracle en vue. Nous devrons continuer  avec des contraintes de fonctionnement sévères, ce qui viendra forcément en contradiction avec les attentes des administrés.

Le premier poste qui se verra diminuer sera par nécessité l’entretien (espaces verts, voirie, bâtiments). La plupart des autres postes ne dépendent pas de la commune et sont imposés (participations pour les frais d’écoles, reversements à l’État, paiements de cotisations de syndicats, ou services des collectivités, transports…).

Pour la consommation (eau, éclairage, chauffage) nous avons déjà recherché des postes d’économie, mais nous sommes déjà en mode réduit.

En ce qui concerne les frais particuliers de mairie et les transformations numériques, nous sommes dépendants des nouveaux outils de travail (maintenance ordinateur, abonnement professionnel internet-téléphone, maintenance photocopieuse, timbres, mises à jour des logiciels, plateformes de mise en ligne…).

Les indemnités des élus ont été également optimisées, puisqu’elles sont inférieures à celles des mandats précédents, tout en subissant la hausse des frais de personnel (cotisations sociales, retraite…).

Dans le même temps, de plus en plus de charges sont rétrocédées avec plus ou moins de bonheur à la commune de la part de l’État, ou des autres collectivités .

Il est également exclu de demander plus aux bénévoles qui s’impliquent dans des domaines divers et variés et dont la majeure partie du travail de fond n’apparait pas forcément visible (syndrome de l’iceberg).

La désillusion gagne bon nombre d’élus qui estiment que leurs conditions ne leur offrent plus le moyen de répondre aux attentes de leurs concitoyens. Ils estiment que leur fonction se résume en grande partie à la gestion de tâches pas forcément gratifiantes et aucuns moyens en vue pour réconforter la population.

À tel point que certains envisagent carrément de mettre la clé sous la porte.

Défiler vers le haut