Site non officiel

Pour faire suite au précédent article consacré au monument aux morts, nous allons aujourd’hui nous intéresser aux Baldériciens ayant participé à la Première Guerre mondiale. En clair il s’agit des personnes qui habitaient Beurizot  le 1er août 1914 et sont partis à la guerre.

Poilu, est le surnom donné aux soldats français de la Première Guerre mondiale qui étaient dans les tranchées, ce mot désignait à l’époque dans le langage familier ou argotique quelqu’un de courageux, de viril.

Le samedi 1er août 1914, à 4 heures de l’après-midi, le clocher de l’église comme tous ceux de France fait entendre un sinistre tocsin : c’est la mobilisation générale décrétée par le Président de la République Raymond Poincaré.

Le 2 août 1914 les 5 affiches de la mobilisation générale seront placardées à la mairie (intérieur et extérieur), sur la maison Jeannin, marchand de vin, sur la maison Gabiot au Hameau de Lignières et sur la maison Deboves au hameau de Verchisy, suivant les ordres du capitaine Claudurier, commandant l’arrondissement de Semur.

Le 3 août, l’Allemagne déclare la guerre à la France.

Le recensement de la population française en 1911 dénombre 39,6 millions d’habitants (+1,6 millions pour l’Alsace-Lorraine), dont 44% de paysans. La population de Beurizot comptait 242 habitants lors de ce recensement, répartie de la façon suivante : 155 au bourg de Beurizot, 49 à Verchisy, 21 à Lignières, 6 en Lée, 4 aux Tillots, 3 sous Lée, 2 à Saint-Beury et 2 au Moulin Mathoux.

Trente-neuf hommes de la commune seront mobilisés et rejoindront leurs régiments entre 1914 et 1917 suivant leur âge. Trois de ces hommes sont déjà en service dans l’armée.

Si vous souhaitez télécharger l’article complet issu du bulletin municipal 2018 consacré aux Poilus Baldériciens, suivez le lien ci-dessous:

télécharger l’article sur les poilus

Défiler vers le haut